Ville de Nay

nay-patrimoine-01.jpg

La fondation de Nay

La fondation de Nay - LangladureLes premières traces d’occupation des collines de Langladure surplombant le site de Nay remonte à la Préhistoire avec la découverte de quelques silex taillés dans un labour.
Si certains auteurs parlent d’un possible site antique, aucune découverte n’a pour l’instant validé cette hypothèse. C’est le Moyen-Age qui fait véritablement apparaître Nay dans l’histoire.

La première mention de Nay (Cartulaire de Gabas)  rapporte, en 1120, l’achat d’un bourg « dépeuplé » appartenant aux seigneurs de Nay, Roger de Bidouze et Bernard de Nay, par les moines de Sainte Christine de GABAS.

Si nous ne possédons que très peu de documents, nous savons néanmoins qu’il s’agissait d’un modeste village situé autour de l’église actuelle et du quartier Saint-Roch. Les seigneurs possédaient une motte castrale, dont les terrassements sont conservés, sur la colline de  Langladure. Si nous ne pouvons la dater et encore moins la rattacher à des noms, il est évident que son emplacement est extrêmement bien choisit. Elle domine ainsi le village, le passage  à gué du Gave, l’accès vers la vallée d’Ossau. D’autres traces de fortifications de terre ont été repérées côté Bourdettes, permettant ainsi de contrôler le passage vers l’ouest.

Cette position géographique favorable explique le choix des religieux de Gabas : un gué traverse le gave dans un méandre, un chemin mène de Lourdes à Pau par la rive gauche, un autre vers la vallée de l’Ouzom, et enfin vers la vallée d’Ossau par Arudy. Si les prémices d’un artisanat de la laine  et du lin ne sont pas vraiment attestés, il est certain que Nay constituait un lieu de pacage intéressant pour la transhumance d’hiver.

Nay signifie méandre du Gave.

Partager
Vous êtes ici : ACCUEIL · Histoire / Patrimoine · Histoire de Nay · Fondation de Nay